Et vogue la chébèque.

Dimanche 12 février, il est midi et l’Astrolabe largue les amarres. Cette fois je suis  à bord, comme je l’étais il y presque 16 mois. 16 mois ? oui déjà… Dont 15 passés comme quelques semaines tout au plus, dans mon annexe de vie à DDU, ma cabane au fond du jardin, celle qui nous fait oublié le reste du monde, mais pas complètement. On s’y sent chez soi tout de suite, on est pourtant si loin.

Incapable de réaliser que je m’en vais pour de bon, je n’arrive pas non plus à revenir en arrière sur ce que je viens de vivre. Avec les co-hivernants qui m’accompagnent dans ce voyage retour, nous nous contentons de répéter « quelle chance on a eu ».

Plutôt que de vous énoncer la liste de toutes les dernières fois à DDU, liste que nous avons tous mentalement consignée au fur et à mesure des derniers jours, je vous donne une liste des « premières fois depuis 15 mois » :

- Vivre l’Astrolabe

- Une mouche !! Vivante avec ça !Une mouche je vous dis, là, collée au plafond du salon dans le bateau, et, oooh merveille, elle vole !!!

- Les loupiotes d’un avion dans le ciel (autres que nos petits avions rouges et blanc de l’Antarctique !)

- des Albatros et des puffins, fini les manchots et les pétrels des neiges.

- Un vent tiède, chargé d’odeurs.

- Des embruns à plus de -1.5°C.

- De la pluie.

- Du brouillard

- Des nems (merci le cuisiner de l’Astrolabe).

Il y’a aussi des premières fois depuis quelques mois, qui font plaisir quand même :

- Une aurore.

- La nuit noire.

- Un ciel étoilé.

Et les premières fois, trop nombreuses, que nous anticipons :

- Des voitures.

- Des arbres.

- Des bars.

- Des animaux domestiques.

- Des gens partout.

- Des gens encore partout.

- Du goudron.

- Des gens qui téléphonent en marchant.

- Des magasins.

- Des gens qu’on ne connais pas.

- Des wallaby.

- Des gens qui ne nous disent pas bonjour.

- Des passages piétons.

- Des gens qui sont pressés.

- Des enseignes publicitaires.

- Des jeunes filles en jupes courtes.

- 20°C au themomètre.

- Des vieillards appuyés sur leur canne.

- Des télés, des cinémas, des papillons, des fleurs, des crottes de chien, des stations services, des plages, l’odeur des eucalyptus, celle de la pluie sur l’asphalte ou la terre, de la terre…

Voilà une liste bien assez longue pour un mail écrit à fond de cale dans un bateau qui roule…

Désolée pour les non-nouvelles de mes dernières semaines à DDU. Le temps file si vite et c’est déjà passé. Merci encore pour vos visites, vos messages.

Gérard repart pour de nouvelles aventures en Tasmanie et vous donnera des nouvelles !

PS: En bonus track, deux strips qui dormaient sagement dans les réserves de Gérard, explicitant encore un peu les moeurs de la faune locale.

This entry was posted in Non classé. Bookmark the permalink.

3 Responses to Et vogue la chébèque.

  1. RUMEAU Jean Claude says:

    Merci Sophie
    pour ces 16 mois passés à consulter les news de la faune  » animalière  » de DDU sur votre blog.
    Merci de nous avoir fait partager votre quotidien, sur ce caillou du bout du monde. Je sais que vous y avez bien séjourné, et bien festoyés.

    Bon retour parmi les vôtres.

    Je vous embrasse : Jclaude.

  2. Mag TL says:

    Bon retour parmi les gens, chère Sophie ! Je te souhaite une réadaptation en douceur et sans heurts, et surtout de joyeuses retrouvailles avec tes proches. Encore mille mercis pour ce blog qui m’a tant fait rêver !

  3. le suisse says:

    Merci pour ce blog que j’ai suivi avec bonheur tout au long de tes aventures. 16mois et pourtant, il me semble que c’était hier que tu nous annonçais ton départ.

    je te souhaite un bon retour, et te remercie pour la carte postale!

    Amicalement
    le suisse.